Marjorie Llombart, Business Coach Holistique et Experte en Alignement Business – Femmes d’Exception

By Categories: FeaturedTags: Last Updated: 10 avril 20232 CommentsViews: 635

Notre série Femmes d’Exception continue ce mois-ci avec un nouveau portrait de femme dont le métier va fortement vous intéresser. Nous avons interviewé Marjorie Llombart et lui avons posé des questions sur sa reconversion professionnelle. Salariée pendant plusieurs années, Marjorie a décidé de changer de vie professionnelle, et s’est tournée vers le coaching holistique. Découvrez ce métier et cette femme d’exception en lisant notre article. 

Interview de Marjorie Llombart 

Nous avons posé toutes nos questions à Marjorie Llombart sur son métier de business coach holistique. Nous avons également parlé de son engagement auprès des femmes, et l’impact de son métier dans l’entreprenariat féminin. Nous avons cherché à en découvrir un peu plus sur cette nouvelle personnalité française féminine, tantôt écrivaine, coach business et dénicheuse de potentiels

Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs qui ne connaîtraient pas ce concept, ce qu’est le coaching holistique ?

Le coaching est un dispositif d’accompagnement pour aider les personnes qui le souhaitent à atteindre des objectifs professionnels. Le coach est là pour les aider à développer tout leur potentiel et mener à bien leurs projets. De mon côté, j’ai choisi d’apporter une dimension holistique à ces coachings pour avoir une dimension plus globale. Je les aide bien sûr à développer leur entreprise, mais je travaille aussi avec mes clientes sur les émotions, l’intuition, le rapport au corps ou encore la réflexion. Je trouve que la dimension holistique est particulièrement utile pour les femmes, pour prendre confiance en elles. Il existe toujours la question de la peur dans les séances de coaching : oser ou ne pas oser ? Apprendre à utiliser ses émotions et sa réflexion peut apporter une réponse à cette question. 

Vous êtes spécialisée dans l’entrepreneuriat, pourquoi ce choix ?

Instagram : @marjorie_llombart

Dans ma société, on peut retrouver deux branches. La première est celle dont vous parlez, la spécialisation dans le coaching entrepreneurial. C’est l’activité que je mets en avant sur mon compte Instagram, même si mon expertise est un peu plus large que l’entrepreunariat. Sur ce compte, je parle notamment de l’importance de l’alignement professionnel avec ce que l’on aime faire au quotidien, tout en incluant l’épanouissement intérieur. La deuxième branche de mon travail est d’accompagner les salariés en reconversion professionnelle pour trouver une activité qui leur correspondra mieux.

Cette spécialisation dans mon métier vient de mon parcours professionnel passé. J’ai d’abord été salariée dans le journalisme en presse écrite, puis j’ai travaillé dans une agence de production photographique. A 30 ans, j’ai réalisé que je ne trouvais plus de sens dans ce que je faisais, je voulais changer d’horizons. C’est pendant un coaching que j’ai eu l’occasion de réfléchir à la suite de mon parcours. Le métier de coach a été pour moi une découverte magnifique et j’ai tout de suite su ce que je voulais faire. En m’installant à mon compte, j’ai découvert un nouveau monde que je ne connaissais pas mais qui m’a permis de rencontrer beaucoup de nouvelles personnes, d’accompagner des dirigeantes et de voir des projets évoluer. Je me suis rendue compte que l’entrepreneuriat était une voie d’opportunités et d’épanouissement pour les femmes alors qu’on n’en parlait pas à l’époque. Récemment, j’ai obtenu une certification de spécialiste de la relation à l’argent. Très utile pour aider les femmes à briser leur plafond de verre.

Quel type de formation ou d’études faut-il réaliser pour se lancer dans l’accompagnement ou le coaching ? 

Il existe des formations de coaching et d’accompagnement à l’université qui sont solides. On trouve en école de commerce des modules de management et dans des instituts privés des modules d’accompagnement à la création d’entreprise. Pour ma part, lorsque j’ai décidé de me lancer en 2012, il n’existait pas encore beaucoup de formations en France. J’ai toujours été inspirée par la mentalité et la culture anglo-saxonne, qui abordait des façons de penser l’entrepreneuriat que l’on n’avait pas encore en France à cette époque. J’ai donc débuté une formation en ligne sur de nouvelles façons d’accompagner les personnes tout au long de leurs projets personnels ou professionnels, loin des approches traditionnelles et classiques

Cette rubrique a pour but de mettre en avant les femmes, de part leurs professions, leurs talents ou leurs engagements. Vous avez justement décidé d’aider les femmes dans leur création d’entreprise ou leur reconversion, pourquoi ?

Les femmes ont besoin d’accompagnement. On remarque souvent que les femmes dans le monde du travail ou de l’entreprenariat osent moins. Que ce soit pour postuler à des offres, demander des augmentations de salaire ou encore monter une entreprise. Pour contrer cette auto-censure, il faut aider les femmes à oser, les aider à prendre confiance en elles et en leurs projets. 

Dans l’accompagnement que je propose, j’aide les femmes à trouver un positionnement unique. Nous travaillons sur les émotions pour rassembler ensemble leur aspect sensible, leur aspect créatif, leur aspect audacieux. Nous déconstruisons ensemble tout ce qu’elles avaient pu assimiler auparavant pour qu’elles puissent accepter leur position de leader et développer une entreprise à leur image, rentable et pérenne.

Comment voyez-vous évoluer l’égalité femmes-hommes dans l’entrepreneuriat d’ici une dizaine d’années ? 

J’espère que de plus en plus de femmes vont s’autoriser à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. De nombreux cas d’études ont prouvé que les entreprises dirigées par des femmes fonctionnent mieux en termes de rentabilité et de croissance. On voit également que dans les jeunes générations, comme la génération Z, de plus en plus de femmes osent créer leur entreprise

De manière générale, je pense que l’entrepreneuriat va grandement évoluer dans les prochaines années. Depuis le premier confinement, il y a eu une grosse vague de créations d’entreprise. Il est beaucoup plus simple maintenant de créer son projet, depuis la création du statut d’auto-entrepreneur en 2009. Avant, l’aspect administratif était très compliqué mais à présent, les mesures sont simplifiées et permettent à de nombreux nouveaux projets de naître. Enfin, on parle de plus en plus de création d’entreprise, que ce soit sur Instagram où l’entreprenariat féminin est très valorisé, ou encore dans des émissions de télévision comme “Qui veut être mon associé ?”. Cela permet à des hommes mais surtout à des femmes de s’identifier à des profils dont elles entendent parler et cela peut leur donner envie de créer leur entreprise.  

Sur votre compte Instagram ou sur votre site internet, vous donnez également beaucoup de conseils de développement personnel et de bien-être. Où trouvez-vous vos inspirations ?

Je suis sur Instagram depuis 4 ou 5 ans mais j’ai d’abord utilisé ce réseau social de manière personnelle, et pas du tout axé sur mon métier. J’ai travaillé dans la photographie, donc j’aime beaucoup ce moyen de communication où tout passe par l’image. De fil en aiguille, j’en ai fait un compte professionnel. Mon expérience de journaliste m’aide à partager mes connaissances, mes conseils business mais aussi personnels. Je trouve de nombreuses inspirations sur Instagram, qui est un réseau social très riche, et je fais beaucoup de veille sur d’autres secteurs que l’entrepreunariat. Je pense qu’il est important de ne pas rester dans son univers, je cherche donc des informations pertinentes dans les médias, dans des newsletters, dans l’histoire de l’art également. 

Quel est, professionnellement ou personnellement, l’accomplissement dont vous êtes le plus fière ? 

Je vais fêter en Mars les 10 ans de mon entreprise. Je suis très fière d’être aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui fonctionne, avec une équipe de coachs qui partagent ma passion pour l’accompagnement. D’ailleurs, je profite de l’occasion pour rappeler qu’il est fondamental lorsque l’on est une entreprise de se faire accompagner. Lors de la 3ème ou 4ème année d’activité d’une entreprise, on parle du cap de survie ou de développement. Les études prouvent qu’en se faisant accompagner, le taux de survie à 5 ans d’une entreprise est beaucoup plus haut.

Je suis également très fière d’être mère. C’est un double challenge d’avoir mon entreprise et d’élever ma fille. Je pense que c’est plus facile quand on est à son compte. Avec beaucoup d’organisation et de sens des priorités, on peut adapter son planning et trouver du temps pour chacune de nos activités, personnelles ou professionnelles. Je dispose d’une liberté extraordinaire grâce à mon métier, ce qui est non négligeable ! 

Enfin, le dernier accomplissement dont je suis très fière est d’avoir pu donner une partie de mes bénéfices à des associations. J’ai notamment co-financé le voyage d’une régate dans le pacifique pour la recherche marine, un très beau projet que je voulais souligner. 

Quelle est la plus grande difficulté à laquelle vous avez dû faire face pour réussir aujourd’hui en tant que coach holistique ?

Pour être honnête, lorsque l’on est entrepreneur, il y a des difficultés tous les jours. Être entrepreneur, c’est avant tout trouver des solutions aux problèmes que l’on peut rencontrer. J’ai l’exemple en tête du lancement de ma formation, en débutant ma reconversion, qui au dernier moment n’a pas pu être financée. Puis, une fois que j’ai réussi à la financer, elle a été décalée de 6 mois car nous n’étions plus assez nombreux pour la réaliser. Les imprévus comme ceux-ci ne dépendent pas de nous, il faut savoir être créative et audacieuse pour les surpasser, mais ce sont avant tout des expériences. On apprend beaucoup des imprévus et des difficultés. 

FOREO est une marque qui apporte de l’innovation dans le domaine de la santé, de la beauté et du bien-être. Que faites-vous pour vous sentir bien dans votre corps et votre tête ?

C’est très important d’être active et de réaliser une activité hebdomadaire pour me sentir bien dans mon corps et dans ma tête. Je fais par exemple du yoga, ou je vais à la salle de sport. J’accorde beaucoup d’importance à mon sommeil et au niveau de l’alimentation, même si je suis gourmande, je privilégie les produits sains et je cuisine beaucoup. S’il y a un petit plaisir que je m’accorde de temps en temps, ce sont les hammams ou les saunas pour prendre soin de mon corps, me détendre et faire une pause. Mais je n’y vais pas autant que je le souhaiterais !

Pour les soins de la peau, je trouve que l’entretien est très important. Je pratique le double nettoyage de ma peau le soir et un masque une fois par semaine. Un rituel que j’adore est le moment où je mets ma crème hydratante sur mon visage. En l’appliquant, on se décharge de tout, on passe un bon moment et je trouve que c’est un beau geste. Le bien-être fait aussi partie de l’approche holistique : prendre soin de son corps, de son intérieur et de sa tête, traiter les problèmes dans leur globalité. 

Auriez-vous un mot plus personnel pour nos lectrices qui souhaiteraient se lancer dans l’entreprenariat ?

J’ai envie de vous dire : osez ! Donnez-vous l’autorisation d’essayer tout ce que vous avez envie d’entreprendre. Dans le pire des cas, que peut-il se passer ? Si cela ne fonctionne pas, vous pourrez dire que vous avez essayé, et surtout vous pouvez tenter autre chose après. Je dis toujours qu’il ne faut pas vivre avec des regrets, et que tout ce qu’on regrettera plus tard est ce qu’on a pas eu l’occasion d’essayer. 

Dans mon livre 180° reconversion, qui parle du passage du salariat à l’entrepreneuriat, j’ai dédié tout un chapitre à l’échec. Il faut redéfinir ce qu’est l’échec car dans la plupart des cas, il n’y en a pas. C’est juste un apprentissage de plus. Il faut savoir tirer des leçons de ces expériences qui ne se sont pas produites comme on l’aurait voulu. 

Retrouvez-nous le mois prochain pour un nouveau portrait Femmes d’Exception

Nous espérons que le témoignage de Marjorie Llombart vous a intéressé autant que nous. Si jamais vous avez un projet d’entreprise en tête, ou l’envie de travailler à votre compte, cette interview vous apportera des conseils et de nouvelles perspectives. Retrouvez-nous le mois prochain pour rencontrer une nouvelle Femme d’Exception tout aussi passionnée. 

Prenez soin de votre corps

DARE TO BE YOU

Chaque semaine une nouvelle offre

VOIR

About the Author: Cécile Maier

Après des années d'expérience dans le secteur de la beauté, de la parfumerie et du luxe, j'aime suivre les nouvelles tendances pour améliorer ma vie et mon bien-être au quotidien. Passionnée d'écriture, j'ai décidé de m'orienter dans la rédaction d'articles pour partager mes connaissances et mes découvertes qui peuvent servir au plus grand nombre. En travaillant pour la marque de Beauty Tech suédoise, j'ai la possibilité de rendre les femmes et les hommes plus confiants et c'est la meilleure des récompenses.
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires